La Haute autorité provisoire sur les OGM a «relevé un certain nombre de faits scientifiques nouveaux négatifs impactant notamment la flore et la faune» dans son avis sur le maïs OGM Mon 810, a indiqué mercredi son président, le sénateur Jean-François Le Grand.

«Nous avons des doutes sérieux», a indiqué le sénateur de la Manche, en remettant au ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo les conclusions de cette commission.

Ces conclusions doivent fonder la décision du gouvernement d'activer ou non la clause de sauvegarde à Bruxelles, permettant à la France d'interdire sur son territoire la culture de ce maïs OGM.

Le président Nicolas Sarkozy a indiqué jeudi qu'il prendrait une décision «dans les tout prochains jours» sur l'activation de la clause de sauvegarde.

Téléchargez le Avis sur la dissémination du Mon 810 sur le territoire français (87.51 Ko).

Lire également les articles suivants: