De puissants groupes de pression opposés aux aliments génétiquement modifiés « menacent l'acceptation par le grand public de la technologie OGM en Europe », selon une étude publiée en juillet par l'EMBO, organisation européenne de biologie moléculaire basée en Allemagne.

Mais pas seulement : selon les chercheurs de l'Université d'Edimbourg et de l'Université de Warwick (Royaume-Uni), respectivement Joyce Tait et Guy Barker, qui ont dirigé l'étude sur des fonds du Conseil de recherche économique et sociale anglais, « ces lobbys entravent également la réponse de l'Union européenne au défi mondial que représente la sécurisation des approvisionnements alimentaires pour les générations actuelles et futures ».

Avec dix ans de recul, les auteurs qui « déclarent ne pas être en situation de conflit d'intérêt » vis-à-vis de la filière des OGM, affirment que « la réglementation européenne sur les cultures génétiquement modifiées est devenue moins démocratique et moins fondée sur des faits scientifiques depuis les années 1980 ».

Les lobbys anti-OGM, dans lesquels les auteurs classent les associations de promotion de l'agriculture bio et les ONG (organisations non gouvernementales) environnementales, dominent le processus de décision, affirment les chercheurs. Avec pour conséquence, « une plus grande restriction » qui s'exercerait sur la recherche et le développement européenne en biotechnologie végétale, en comparaison de « la plupart des autres parties du monde ».

Les auteurs soulignent dans leur étude que des pays en développement « résistent aux cultures OGM, même dans les cas où ils pourraient bénéficier de pertes de récoltes plus faibles et augmenter les rendements », sous peine de ne pouvoir exporter leur production vers l'Europe.

Téléchargezl'étude anglaise (pdf en anglais - 6 pages).

B.V.