La Commission européenne a autorisé mercredi l'importation de trois maïs et d'une betterave transgéniques pour l'alimentation humaine, l'alimentation animale et la transformation, a-t-elle annoncé dans un communiqué.

La Commission a pris cette décision car les 27 Etats membres n'avaient pu dégager une majorité suffisante pour approuver ou rejeter les demandes d'autorisations de ces OGM.

Selon la procédure, dans cette situation, c'est à la Commission européenne de prendre cette décision en s'appuyant sur l'avis scientifique de l'Autorité européenne de sécurité alimentaire (EFSA) qui en l'occurrence y était favorable.

Bruxelles a notamment autorisé le maïs Herculex, résistant à la pyrale. «L'autorisation de ce maïs est encourageante et nous espérons une progression continue du processus d'autorisation biotechnologique de l'Union européenne», s'est réjouie dans un communiqué la firme américaine DuPont qui développe conjointement ce produit avec Dow AgroSciences.

Ce maïs avait soulevé une polémique au printemps dernier en raison de sa présence illégale dans des cargaisons de céréales à Rotterdam en provenance des Etats-Unis, où il était déjà autorisé.

En même temps que le maïs Herculex, la Commission a autorisé la commercialisation des produits issus (pulpe, mélasses, sucre) de la betterave H7-1, et de deux maïs hybrides, le 1507xNK603 et le NK603xMON810.

Au total, quinze nouveaux OGM ont été autorisés dans l'UE depuis la levée du moratoire en 2004 faisant suite à l'adoption d'une nouvelle législation sur la traçabilité et l'étiquetage. Ces autorisations sont valables 10 ans.

Aucun nouvel OGM n'a cependant encore été autorisé pour une culture. La Commission doit prochainement prendre une décision sur la culture d'une pomme de terre transgénique.