« Nous ne sommes pas dans la même situation qu’au printemps 2020. » Il n’y a pas d’alerte sur l’approvisionnement des Français par la chaîne agroalimentaire, selon les ministères de l’Agriculture, des Transports (rattaché au ministère de l’Écologie) et de l’Industrie (rattaché au ministère de l’Économie).

Ce 10 janvier 2022 s’est tenue une réunion sur la situation des acteurs de la chaîne agroalimentaire alors que le pays fait face à une nouvelle vague de Covid-19. « Tous les maillons de la chaîne agroalimentaire ont été rassurants », « les entreprises font preuve de beaucoup d’agilité », a indiqué le cabinet du ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie.

Des points de vigilance

Malgré tout, selon les trois cabinets, depuis 10 jours le taux d’absentéisme a doublé, passant de 5 % à 10-15 %. Il était de 30 à 40 % au printemps de 2020. Les cabinets ont indiqué qu’ils seraient particulièrement vigilants en ce qui concerne :

  • Les pénalités logistiques : les ministères ont demandé à la grande distribution la plus grande « mansuétude » concernant l’application de ces pénalités, notamment pour les produits frais (volaille, viande bovine et fruits et légumes frais) ;
  • Le secteur de l’exportation et la situation du fret ferroviaire et de la logistique maritime. Sans lien avec le Covid-19, la situation est tendue dans certains ports du fait d’une pénurie de conteneurs ;
  • La situation dans les abattoirs et concernant la disponibilité en saisonniers.

Dans la restauration, le taux de fréquentation a baissé de 60 %, ont indiqué les acteurs durant la réunion avec la difficulté d’ajuster les commandes de marchandises.

Les coopératives mobilisées

La Coopération Agricole a fait savoir, dans un communiqué ce 10 janvier 2022, que « les 2 200 coopératives agricoles françaises, qui représentent 40 % de l’agroalimentaire, déclarent être en mesure de garantir l’alimentation des Français ».

Elles préviennent qu’il faudra néanmoins « surveiller de près » l’évolution de la crise dans les deux prochaines semaines afin d’assurer « l’approvisionnement des exploitations (intrants, alimentation des animaux…) et des usines (énergie, emballages…), la collecte de la production agricole et le transport via les réseaux routiers, ferroviaires et maritimes ».

Marie Salset