Jean-René Buisson, président de l'Ania (Association nationale des industries alimentaires), réclame une entrevue avec le président de la République. Le motif : l'échec, selon lui, des négociations commerciales entre les distributeurs et les industriels, qui se sont clôturées le 1er mars dernier.

« Malgré plusieurs tentatives des pouvoirs publics de trouver une issue positive, les accords commerciaux pour 2011 sont loin d'être satisfaisants. Cette situation illustre une fois de plus les difficultés d'application de la loi de modernisation de l'économie (LME) », écrit-il dans la lettre d'information de l'Ania de février.

Il faut dire aussi que l'envolée des prix des matières premières n'a pas facilité les négociations. Mais « les débats sur la flambée des prix ne doivent pas occulter l'aggravation des pratiques abusives des distributeurs qu'il est temps de sanctionner. Pendant plusieurs mois, les négociations commerciales sont restées bloquées, les distributeurs refusant systématiquement toute hausse de tarifs, qu'ils estimaient injustifiée », s'indigne l'industriel.

Pour Jean-René Buisson, « si les pouvoirs publics ne prennent pas des mesures d'urgence, de nombreuses entreprises risquent de mettre la clé sous la porte dans les prochains mois  Autrement dit, ce sont plus de 10.000 entreprises françaises et près de 400.000 emplois qui sont menacés. »

A.Ca.