« Durant le mois de juillet, la vidange se poursuit et l’ensemble des nappes du territoire sont en baisse », indique le BRGM (1) dans son point sur l’état des nappes d’eau souterraine au 1er août 2019. Un constat habituel à cette période de l’année : les pluies qui s’infiltrent dans le sol sont absorbées par la végétation. Les niveaux des nappes sont globalement « très inférieurs à ceux de l’année précédente à cette même époque », mais la situation est néanmoins « moins dégradée que celle de juillet 2017 », indique le BRGM.

La baisse des niveaux s’est « fortement accélérée au cours des deux derniers mois », en raison des épisodes caniculaires et de l’absence de précipitation. « Les nappes de l’Alsace, de Bourgogne, d’Auvergne-Rhône-Alpes et du sud de Centre-Val-de-Loire présentent des niveaux peu satisfaisants, bas à très bas et parfois proches des minimas enregistrés pour un mois de juillet ».

Exception corse

Seule exception : la Corse, où les nappes alluviales profitent des pluviométries excédentaires de mai et de juillet. Ainsi, malgré des niveaux en baisse en juin et juillet, les nappes y demeurent hautes. Le BRGM cite également les nappes du bassin aquitain et du littoral méditerranéen, qui se situent autour de la moyenne.

Une situation qui devrait se poursuivre

« Les précipitations annoncées pour août 2019 ne devraient pas engendrer une recharge des nappes », estime le BRGM, qui explique que les orages violents « favorisent le ruissellement et ne permettent pas une infiltration efficace des eaux ». Ainsi, la vidange devrait se poursuivre sur l’ensemble des nappes jusqu’à mi-octobre à fin novembre (mise en dormance de la végétation et pluviométrie abondante).

H.P.

(1) Bureau de recherches géologiques et minières