« Si les prix du sucre et des huiles végétales ont nettement augmenté en 2016, le recul des cours des céréales, de la viande et des produits laitiers ont maintenu l’indice à un niveau inférieur à son niveau moyen en 2015 », indique la FAO dans son document mensuel.

L’indice des prix de la FAO pour les céréales est en baisse de 9,1 % par rapport à l’année 2015. En décembre, le riz et le maïs ont vu leur cours se raffermir légèrement, notamment face à une forte demande. Le prix du blé a, quant à lui, encaissé les bonnes prévisions de récolte en Australie, en Russie, en Argentine et au Canada.

Les produits laitiers remontent depuis le milieu d’année

Les produits laitiers enregistrent une baisse de 4 % de leur indice sur l’ensemble de l’année 2016. Mais « les prix internationaux des produits laitiers se sont nettement redressés à partir du milieu de l’année, le beurre et le lait entier en poudre enregistrant les hausses les plus fortes » souligne la FAO. En décembre, ils se sont établi 3,3 % au-dessus des prix de novembre. Cette tendance haussière est notamment attribuée à la baisse de production en Europe et en Océanie.

Concernant la viande, « la valeur moyenne de l’indice a été en 2016 inférieure de 7 % à celle de 2015, avec les reculs les plus prononcés pour la viande bovine et la volaille », écrit la FAO. Pour le mois de décembre, ce sont les viandes bovine et ovine qui ont le plus souffert de la baisse de prix.

Hausse de plus de 30 % du prix du sucre

L’indice des prix de la FAO pour le sucre a enregistré la plus forte hausse de l’année. Il s’établit 34,2 % au-dessus de celui de 2015. Après une hausse continue d’avril à octobre, il chute depuis deux mois. En décembre, il perd 8,6 % par rapport à novembre. La FAO impute cette inversion de tendance à la dépréciation du réal brésilien qui a encouragé les exportations et des prévisions de production plus importante que prévu dans le centre-sud du Brésil.

Les huiles végétales ont vu leur indice annuel s’établir à 11,4 % au-dessus de celui de 2015. « Une valeur toutefois nettement inférieure aux niveaux enregistrés au cours des cinq années précédentes », précise la FAO. En décembre, l’indice était en hausse de 4,2 %, porté par l’huile de palme et l’huile de soja. Le resserrement de l’offre pour la première et la situation météorologique en Argentine pour la seconde ont joué sur l’augmentation des cours.

T.D.