Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le nombre d’apiculteurs a augmenté de 10 % en 2015

Miel
 - Le nombre d’apiculteurs a augmenté de 10 % en 2015
© A.Magnard/GFA

3 751 apiculteurs supplémentaires se sont déclarés sur le service Téléruchers en 2015. Près de 200 d’entre eux sont des exploitations de plus de 50 ruches.

Alors que le nombre d’agriculteurs diminue chaque année, les apiculteurs ont vu leur nombre augmenter de 10 % en 2015. Ils étaient 37 193 en 2014 et 40 944 l’année suivante rapporte une étude d’Agrex Consulting réalisée pour FranceAgriMer et publiée le 20 octobre 2016.

Cette progression s’explique par celle du nombre de déclarations au service Téléruchers mais aussi par de plus nombreuses installations. Ces nouveaux apiculteurs sont en majorité des petites exploitations de moins de 50 ruches, ce qui comprend les apiculteurs de loisir.

Le nombre de ruches a augmenté un peu plus rapidement que celui d’apiculteurs. 21 % de ruches supplémentaires ont été décomptées à l’entrée en hivernage à l’hiver 2014. Le nombre remis en production au printemps n’était plus supérieur que 13 % à l’année précédente du fait des pertes pendant l’hiver et des ruches trop faibles non remises en activités.

Un meilleur rendement dans les plus grosses exploitations

L’étude remise à FranceAgriMer identifie différents groupes de production. Les apiculteurs ayant moins de 50 ruches représentent 92 % des effectifs et 25 % de la production. Les exploitations de plus de 400 ruches représentent 1,4 % des apiculteurs et 38 % de la production. Le rendement moyen en miel augmente avec le nombre de ruches. Il est de 18,4 kg/ruche pour les apiculteurs ayant moins de 50 unités et monte à 34 kg/ruche pour ceux en ayant plus de 400.

En 2015, 63 % du miel a été mis en pot par les apiculteurs, selon FranceAgriMer. Le mode de commercialisation évolue, lui, en fonction du nombre de ruches. 59 % des apiculteurs ayant entre 50 et 150 ruches vendent en direct contre 45 % pour les exploitations de 150 à 400 ruches et 18 % pour celles de plus de 400 ruches.

T.D.

Près du double de la production de 2014

La production de miel a fait un bond foudroyant en 2015. Elle est passée de 13 206 tonnes (t) à 24 224 t. Cette hausse est restée éphémère. Les prévisions de l’année 2016 tablent sur une récolte inférieure à 10 000 t. En 2015, les conditions climatiques ont favorisé la miellée de sapin, notamment dans l’Est. Avec 20 % le miel toutes fleurs représente 20 % de la production française devant le miel d’acacia.

La production de gelée royale a, elle, atteint 2 450 kg, en hausse de 6,5 % par rapport à 2014.

Près du double de la production de 2014

La production de miel a fait un bond foudroyant en 2015. Elle est passée de 13 206 tonnes (t) à 24 224 t. Cette hausse est restée éphémère. Les prévisions de l’année 2016 tablent sur une récolte inférieure à 10 000 t. En 2015, les conditions climatiques ont favorisé la miellée de sapin, notamment dans l’Est. Avec 20 % le miel toutes fleurs représente 20 % de la production française devant le miel d’acacia.

La production de gelée royale a, elle, atteint 2 450 kg, en hausse de 6,5 % par rapport à 2014.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !