« 8TWh de biométhane produits en 2023 est un objectif réaliste compte tenu de la nouvelle dynamique » analyse le cabinet d’étude Enea Consulting lors de l’ouverture du salon ExpoBiogaz qui se tient à Strasbourg ces 6 et 7 juin. Il y a peu, la trajectoire de réalisation des projets amenait pourtant à en atteindre la moitié. Nous n’en serons même qu’à environ 1,3 TWh en 2018. Alors pourquoi un tel emballement ?

Plan de filière

Le nerf de la guerre semble bel et bien être l’argent. Les récentes mesures prises en faveur du biométhane boostent la concrétisation des projets et la file d’attente s’allonge. Aide au raccordement ou le récent droit à l’injection incitent les porteurs de projets à avancer. D’autres mesures annoncées à l’issue du Groupe de Travail National, comme le fonds de garantie ou la sortie du digestat du statut de déchet, ne sont pas passées inaperçues. Leur signature dans le bulletin officiel est attendue de pied ferme.

Innovation financière

Non pas un, mais deux trophées de l’innovation ont par ailleurs été remis ce 6 juin au parc des expositions de Strasbourg. Certes, l’investissement participatif n’est pas nouveau. Mais le jury a décidé de remettre le grand prix à Enerfip. Il faut dire que l’ingénierie financière a toute sa place dans les énergies renouvelables et plus particulièrement dans la méthanisation, très coûteuse et complexe pour les banques. Un prix « coup de cœur » a par ailleurs été remis à l’entreprise CH4 Process, spécialisée dans l’assistance technique. Elle est notamment récompensée pour avoir mis au point avec son partenaire italien Mattei un petit compresseur inédit pour les productions inférieures à 25 Nm3/h et adapté à la norme pour les atmosphères explosives.

Le Grand Est à la pointe

Le paysage des allées du salon change et les exposants travaillant sur le biométhane sont plus nombreux, tout comme le nombre de visiteurs sur les stands et en conférence. Il faut dire que la Région Grand Est est en pointe sur la méthanisation. La proximité avec l’Allemagne et l’encouragement politique de la Région avec le programme Climaxion n’y sont pas étrangers. Résultat, 85 unités sont déjà en production, dont 8 en injection. Et elle ne compte pas en rester là. Un nouvel appel à projets Grand Est est prévu pour cet été.

Vincent Gobert