« Sans atteindre des niveaux historiquement bas, les régions du nord-ouest ont connu un déficit d’ensoleillement marqué depuis début août, dépassant parfois les 30 % », indique Météo-France dans un communiqué paru ce 19 août 2019. Dans le Nord-Ouest, Dinar a vu son ensoleillement quotidien moyen passer de 12h30 au mois de juillet à seulement 4h30 depuis le début du mois d’août, contre 12h00 par jour à Ajaccio.

Cumul des précipitations sur 2 jours (au 18 août 2019). © Météo-France

Une pluviométrie contrastée qui inquiète

Alors que certaines régions ont dû faire face ce week-end à d’importantes perturbations pluvieuses, pour d’autres cet été pourrait « être le plus sec jamais observé ». Les orages de dimanche 18 août, violents pour la plupart et accompagnés de grêle et de fortes rafales, sont à l’origine d’importants cumuls de pluie. À Villefranche, dans le Rhône, 69 millimètres ont été enregistrés, équivalents à près d’un mois de précipitation.

A contrario, dans les régions situées entre le Languedoc et l’ouest de la Provence, « on observe également un déficit important depuis le début de l’année 2019, dépassant parfois les 60 % ». La ville de Montpellier présente un déficit pluviométrique proche de 80 % avec seulement 14 mm enregistrés depuis le 1er juin. Elle pourrait battre le record de la plus faible pluviométrie pour la saison estivale de 20 millimètres en 2006.

M.B.