Une très grande douceur a marqué cet automne 2020, qui a connu quatre jours de chaleur exceptionnelle à la mi-septembre, en dépit d’une période de fraîcheur remarquable, relève Météo-France dans son bulletin du 27 novembre 2020.

Un bilan provisoire qui fait de cet automne 2020 l’un des plus chauds en France depuis le début des mesures.

Douceur et vents violents

L’automne 2020 a été extrêmement doux malgré une période de fraîcheur remarquable de la fin de septembre à la mi-octobre. La France a connu un épisode de chaleur tardif exceptionnel du 13 au 16 septembre avec des températures maximales supérieures à 30°C en moyenne sur le pays durant quatre jours consécutifs. Une grande douceur a ensuite dominé du 21 octobre au 19 novembre. Les passages perturbés ont été rares en septembre et novembre malgré quelques épisodes cévenols.

En revanche, le mois d’octobre a été très agité avec deux tempêtes remarquablement précoces. Après avoir balayé la Bretagne et le Cotentin avec des vents violents les 1er et 2 octobre, la tempête Alex a généré un épisode méditerranéen historique sur les Alpes-Maritimes le 2. Puis, les 20 et 21 octobre, la tempête Barbara s’est accompagnée de violentes rafales des Pyrénées à la Région Rhône-Alpes.

À lire aussi : Ce début d’automne est le plus frais depuis 1998 (14/10/2020)

Des températures souvent au-dessus des normales de saison

Les températures ont été souvent supérieures à la normale (1) avec plusieurs pics de douceur durant lesquels des records mensuels ont été enregistrés, notamment sur le Nord-Est. En moyenne assez proches des valeurs de saison sur les régions méridionales, les températures ont été supérieures de 1 à 2°C sur la moitié nord de l’Hexagone.

La température moyenne sur la France et sur la saison devrait être autour de 1°C au-dessus de la normale, classant cet automne parmi les automnes les plus chauds depuis le début du XXe siècle.

Évolution des températures minimales et maximales quotidiennes par rapport à la normale quotidienne, en France, du 1er septembre au 26 novembre 2020. © Météo-France
Écart à moyenne saisonnière de référence de 1981 à 2010 de la température moyenne, en France, en automne 2020. © Météo-France.

Une pluviométrie en moyenne proche de la normale

Les passages perturbés, souvent associés à des remontées de sud, ont été moins fréquents qu’à l’ordinaire en automne sur une grande partie du pays. Les précipitations, géographiquement très hétérogènes, ont été abondantes sur la façade ouest et les massifs. Les cumuls de pluie ont été généralement excédentaires près de la Manche et de la Bretagne aux Pyrénées.

Ils ont été en revanche le plus souvent déficitaires de la Haute-Normandie au Centre-Val de Loire, de l’Alsace et de la Lorraine à la Franche-Comté, de l’Auvergne au pourtour méditerranéen ainsi que sur l’est de la Corse.

En moyenne sur la France, la pluviométrie devrait être proche de la normale (1).

Soleil généreux en novembre

L’ensoleillement a été en moyenne supérieur à la normale (2) sur une grande partie du pays mais très contrasté durant la saison. Après un mois d’octobre très peu ensoleillé, le soleil a été remarquablement généreux en novembre, notamment sur le quart nord-est, battant localement des records mensuels.

Rapport à la moyenne saisonnière de référence 1991-2010 de la durée d’ensoleillement, en France, en automne 2020. © Météo-France

Retrouvez votre météo personnalisée sur Lafranceagricole.fr

Oriane Dieulot

(1) Moyenne de référence 1981-2010.

(2) Moyenne de référence 1991-2010.