Ce mardi 3 août 2021, les nuages sont nombreux « sur les régions de l’ouest et du sud mardi, avec parfois de petites pluies », détaille Météo-France. Dans le nord de la France, « le pays retrouvera quelques éclaircies ».

Le pourtour méditerranéen sera encore épargné et « conservera un soleil généreux et des températures assez chaudes, proches des normales de saison (28-30°C) ».

De perturbation en perturbation

Demain, mercredi 4 août 2021, une dépression va se creuser et circuler sur le nord-ouest du pays engendrant une perturbation pluvio-orageuse qui va traverser le pays du Sud-Ouest (en matinée) jusqu’aux Alpes (l’après-midi), pouvant concerner les régions du golfe du Lion jusqu’au Var.

Le ciel sera généralement bien nuageux sur le pays, sauf sur le nord du pays où le soleil devrait souvent se montrer. Les éclaircies reviendront également sur la Bretagne et une partie de la façade atlantique.

Du côté du mercure, les températures seront encore fraîches pour la saison.

Une fin de semaine instable

Jeudi 5 août 2021 c’est une nouvelle une nouvelle perturbation qui « progressera sur le Nord-Ouest en cours de journée ». Dans le reste du pays, « le soleil assez présent en matinée laissera souvent place à un ciel plus nuageux au fil des heures avec quelques averses par endroits ».

Les températures resteront fraîches sur les deux tiers nord du pays, souvent comprises entre 20 et 23°C, toujours 4 à 6 degrés sous les normales de saison, tandis qu’elles retrouveront quelques couleurs estivales sur le tiers sud, en restant un peu inférieures aux normales sur le Sud-Ouest.

Vendredi 6 août 2021, la perturbation de la veille devrait se retrouver sur le Nord-Est, où elle s’atténuera progressivement en cours de journée. Quelques averses concerneront les côtes de la Manche où les abords du Massif central. Soleil et passages nuageux alterneront sur une majeure partie du pays, ces derniers restant plus nombreux sur la moitié nord.

Un grand soleil brillera sur le quart sud-est. Les températures pourraient remonter légèrement, tout en restant généralement inférieures aux normales de saison, sauf toujours dans le Sud-Est.

Marie-Astrid Batut