Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« C’est qui le patron ? ! » élargit sa gamme de produits

réservé aux abonnés

Fort du succès de sa brique de lait, Nicolas Chabanne, fondateur de « La marque des consommateurs », présente ses nouveaux produits « équitables ».

« La salade en sachet, la compote, la viande hachée, les beurres bio et conventionnel et les pâtes alimentaires sont les prochains produits à venir », annonce Nicolas Chabanne. Un an après le lancement du lait « C’est qui le patron ? ! » (lire l’encadré), l’offre de produits s’étoffe. Mais la méthode reste la même. « Pour chaque nouveau produit, nous consultons les consommateurs sur internet (1), puis nous cherchons des éleveurs et des industriels prêts à se conformer au cahier des charges établi », affirme Nicolas Chabanne.

Un beurre bio qui aide les éleveurs en conversion

L’arrivée en rayon du beurre bio est prévue le 18 septembre prochain. « Pour ce produit, les consommateurs ont décidé d’ajouter des centimes pour aider des éleveurs en période de conversion à l’agriculture biologique, qui ont les contraintes du bio sans en avoir la rémunération », précise Nicolas Chabanne. Une quinzaine d’éleveurs en conversion devraient ainsi être accompagnés. Le partenaire industriel est d’ores et déjà choisi : ce sera la coopérative Sodiaal.

Le steak haché, produit phare des prochaines semaines

Produit de grande consommation, Nicolas Chabanne espère beaucoup du steak haché « équitable ». « C’est l’autre produit phare [avec le beurre bio] pour les prochaines semaines. Le questionnaire est actuellement en ligne, et sera clos le 30 septembre prochain. » Le prix final payé à l’éleveur dépendra des réponses données au questionnaire. « La donnée que découvre le consommateur, c’est que ce n’est pas la totalité de la bête qui est utilisée pour le steak haché, mais seulement une partie. Alors que l’éleveur, lui, a la volonté de vendre la globalité de sa production. » La rémunération de l’éleveur sera donc réalisée sur les parties de l’animal utilisées pour l’élaboration du steak haché.

Convaincu qu’il faut développer le « produit équitable français », Nicolas Chabanne estime que « les initiatives équitables ne doivent pas s’opposer mais s’additionner. C’est justement en multipliant les démarches de proximité entre les producteurs et les consommateurs que ce modèle deviendra pérenne ».

« On ne s’attendait pas à un tel succès du lait équitable »

En dix mois de commercialisation, 20 millions de litres du lait « C’est qui le patron ? ! » se sont vendus.

< iframe width = "100 % » height = "480 » src = "https ://www.youtube.com/embed/DOb7rWia0b4 » frameborder = "0 » allowfullscreen > </iframe >

Tout est parti d’une consultation publique sur internet. « En août 2016, nous lancions un questionnaire pour élaborer un lait selon un cahier des charges défini par les consommateurs (alimentation du cheptel, rémunération de l’éleveur, emballage du produit). Mais il restait à savoir si les 7 850 réponses reçues allaient se transformer par l’acte d’achat », se rappelle Nicolas Chabanne. Depuis le lancement de la commercialisation en novembre 2016, 20 millions de litres de lait ont été vendus, et huit distributeurs relaient aujourd’hui l’initiative. « On ne s’attendait pas à un tel succès », confie le fondateur de « La marque du consommateur ».

200 producteurs engagés

« Les cinquante producteurs de la coopérative Bresse Val-de-Saône ont été les premiers à se conformer au cahier des charges des consommateurs, se souvient Nicolas Chabanne. Avant cela, ils commercialisaient leur lait en Italie au prix de 20 centimes du litre, contre les 39 centimes du lait « C’est qui le patron ? ! », via la laiterie Saint-Denis de l’Hôtel (LSDH) ». Aujourd’hui, d’autres producteurs de la LSDH ont rejoint l’initiative, qui compte désormais 200 éleveurs laitiers engagés.

Nicolas Chabanne espère que l’engouement des consommateurs s’inscrira dans le temps. « C’est la condition nécessaire pour accueillir de nouveaux producteurs. Car nous devons avant tout être certains de leur assurer un débouché », conclut-il.

Tanguy Dhelin et Vincent Guyot

(1) www.lamarqueduconsommateur.com

Imprimer Envoyer par mail Commenter


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !