L'European Milk Board a demandé vendredi, à l'occasion de la conférence de haut niveau sur le lait qui se tenait à Bruxelles, la création d'un « service européen responsable de la configuration du marché du lait ». Selon l'association européenne des producteurs de lait, c'est la seule façon aujourd'hui de mettre d'accord producteurs et industriels sur le prix du lait en Europe, tout en parvenant à une configuration « globale » du marché du lait, équitable, fondée sur des considérations sociétales (intérêts des consommateurs et des producteurs européens).

Dans ce schéma d'avenir exposé par l'EMB dans un communiqué du 26 mars 2010, « les milieux politiques joueront un rôle différent » et « les producteurs de lait assumeront une plus grande responsabilité ». Ils devront être considérés (par l'aval, NDLR) comme « des partenaires à part entière » sur le marché du lait. La quantité de lait produite devra permettre des prix rémunérateurs pour les producteurs, c'est-à-dire qu'il faudra « éviter les surplus, qui sont préjudiciables », détaille l'EMB, dans cette véritable feuille de route pour sauver la production laitière en Europe.

L'EMB insiste sur la nécessité de globaliser le marché européen du lait, la seule façon d'après l'association de provoquer le renforcement des groupements de producteurs, lesquels auraient alors « la possibilité de réguler effectivement eux-mêmes la quantité du lait ».

Le « service européen responsable de la configuration du marché du lait », dont l'EMB demande la  création « ne peut déboucher sur un fonctionnement équitable » de ce marché « que s'il poursuit des objectifs de politique sociétale » et si la notion de prix rémunérateurs pour les producteurs est ancrée dans ses objectifs.

Cette configuration du marché du lait doit bien se faire au niveau européen, martèle l'EMB. Les décisions qui seront prises dans le cadre de ce service européen et arrêtées par le groupement de producteurs européen devra « avoir un caractère obligatoire général pour tous les producteurs de lait d'Europe ».

Romuald Schaber, le président de l'EMB, a ainsi déclaré : « Les citoyens européens ont droit à une configuration du marché du lait qui tienne compte de leurs exigences de production durable de lait et non pas des intérêts de quelques laiteries qui travaillent pour les exportations. C'est cela que les groupes d'experts de haut niveau de l'UE doit toujours avoir présent à l'esprit lors de ses travaux. »

Lire également :

Prix du lait : les producteurs mettent la pression pour faire respecter l'accord de 2009 (26 mars 2010 )

Lait/UE : le Copa-Cogeca demande de renforcer la position des producteurs dans la filière (26 mars 2010 )

Lait/UE : Dacian Ciolos promet des mesures d'ici fin 2010 (26 mars 2010)

B.V.