Plusieurs dizaines de militants anti-OGM ont occupé mardi pendant huit heures la Direction régionale de l'alimentation, l'agriculture et la forêt (Draaf) à Toulouse, pour exiger l'interdiction immédiate du Mon 810, le maïs transgénique du groupe Monsanto.

Les militants, des « Faucheurs volontaires » et des apiculteurs, au nombre d'une centaine selon les organisateurs, soixante selon la police, ont dû évacuer les locaux peu après 18h00, accompagnés par les forces de l'ordre.

« On a été un peu poussés, mais cela s'est fait sans violence » a indiqué Jacques Dandelot, un des animateurs du mouvement.

« Nous demandons un arrêté conservatoire pour interdire le commerce, la cession, le transport et la culture du Mon 810 », a expliqué M. Dandelot au lendemain d'une opération similaire réalisée à Lyon lundi.

Le gouvernement a demandé lundi à la Commission européenne de suspendre l'autorisation de mise en culture du maïs OGM Mon 810 en s'appuyant sur de nouvelles études scientifiques, mais les militants estiment que la réponse de l'institution européenne, dans un délai de trois semaines à un mois, sera trop tardive.

« On note que la ministre NKM (Nathalie Kosciusko-Morizet, qui est désormais la porte-parole du candidat Sarkozy pour les élections présidentielles, NDLR) a respecté sa parole, mais cette mesure d'urgence demandée à l'UE n'est pas du tout satisfaisante, car ceux qui achètent du Mon 810 auront tout loisir de semer légalement », a indiqué M. Dandelot. Selon lui, « le gouvernement a toute latitude pour prendre parallèlement un arrêté d'interdiction », sans attendre.

Vers 10h00, les manifestants s'étaient introduits dans les locaux de la cité administrative, dans le centre de Toulouse. Ils ont alors été reçus par le directeur adjoint de la Draaf, qui a transmis leur requête au ministère de l'Agriculture.

Un premier moratoire sur les cultures transgéniques, lancé par la France en février 2008, a été invalidé par la Cour européenne de justice de Luxembourg, puis par le Conseil d'Etat, en novembre 2011.

Diverses actions ont été menées au cours des dernières semaines par les opposants aux cultures d'OGM, notamment le 23 janvier à Trèbes (Aude), dans un centre de stockage de Monsanto.

Lire également :