« La date de floraison du maïs, c’est le jour où la moitié des plantes ont des soies visibles à l’aisselle des feuilles », rappelle Arvalis, dans une note publiée ce mardi 9 juillet 2019. Car contrairement aux apparences, ce n’est pas la floraison mâle, caractérisée par la sortie des panicules au sommet des plantes, qui détermine ce stade de développement de la plante. L’institut a mis en ligne une courte vidéo explicative.

« À partir du stade floraison, il faut entre 550 et 700 degrés-jour (base 6-30°C), selon la précocité de la variété, pour atteindre le stade optimal de récolte plante entière [32 à 33 % de matière sèche], précise Michel Moquet, ingénieur en fourrage chez Arvalis. Cela représente de 45 à 70 jours selon les régions et le climat. »

Visiter les parcelles

Avec des semis étalés de la mi-avril à la mi-mai, « le début de la campagne a été marqué par des températures inférieures aux normales, souligne l’institut. À la fin du mois de juin, avant la période de canicule, le cumul de températures valorisé par le maïs était nettement déficitaire, prédisant un retard sensible pour les floraisons. »

Un retard désormais presque rattrapé. « Les conditions de ces prochains jours seront déterminantes », prévient Arvalis. Avec la diversité des dates de semis et des variétés choisies, il est donc essentiel de visiter les parcelles pour déterminer la date précise de la floraison. « Le rendement et la qualité du produit récolté en dépendent. »

V. Gu.