L'AGPM a présenté, mardi, une campagne de communication à destination du grand public, « Cet épi m'épate ».

L'ensemble des acteurs de la filière (AGPM, FNPSMS, Gnis) ont souhaité réaliser cette action de communication pour afficher la diversité des usages du maïs auprès du grand public, et répondre à une « attente des producteurs en matière de communication et de prise d'engagement de la filière », a déclaré Christophe Terrain, président de l'AGPM (Association générale des producteurs de maïs).

Cette campagne a été construite sur une enquête d'opinion ayant révélé que les Français ont conscience de l'utilisation du maïs dans l'alimentation humaine et animale, mais très peu de ses débouchés industriels. De plus, beaucoup de Français pensent que cette culture a un impact négatif sur l'environnement.

Cette campagne sera visible dans la presse écrite, tout au long du mois de mai, et à l'écoute sur les radios locales. D'autres dispositifs de communication seront mis en place par la suite, la campagne se déroulant sur trois ans.

Les communications n'aborderont pas le cas du maïs transgénique. « La culture OGM est un dossier passionné et passionnel, [...] mais n'est pas le dossier essentiel de la production de maïs », a déclaré le président de l'AGPM, jugeant les OGM comme un « épiphénomène ». Avant d'ajouter : « On est navré de ne pas avoir la même chance [de cultiver des OGM] que les autres agriculteurs du monde, nous n'avons pas le choix. »

Ronan Moinet