La production de maïs grain, avec 15,2 millions de tonnes, serait dans la moyenne des cinq dernières campagnes. Les récoltes de betteraves et pommes de terre baisseraient, pénalisées notamment par le retour des pluies en octobre.

Selon les estimations du service statistique du ministère de l'Agriculture au 1er novembre, la récolte de maïs grain en 2012 se situerait dans la moyenne des années 2007-2011 grâce à des surfaces en hausse. Le rendement est estimé à 94 q/ha, en recul de 8 % par rapport au record de 2011. Il se placerait à 90 q/ha en Aquitaine (- 12 %), 104 q/ha en Midi-Pyrénées (- 1,2 %) et 117 q/ha en Alsace (- 3 %), où l'extension des surfaces à la suite du gel permettrait une récolte plus abondante qu'en 2011.

Le maïs grain non irrigué a pu souffrir de la météo sèche du mois d'août. Son rendement perdrait par rapport à l'an dernier 18 q/ha en Aquitaine et 11 q/ha en Bretagne.

Les pluies d'octobre ont parfois perturbé les moissons, notamment dans l'Ouest. Aussi, dans les régions d'élevage, des transferts entre grain et ensilage sont encore possibles, les récoltes de maïs ensilage n'étant pas entièrement terminées fin octobre. La production de maïs-fourrage est à ce stade estimée à 17,7 millions de tonnes. Le rendement atteindrait 125 q/ha, proche de la moyenne.

Concernant les betteraves industrielles, les arrachages ont parfois été retardés par un contexte climatique difficile (conditions sèches en septembre, pluies abondantes en octobre). Le rendement à 16 % de richesse en sucre est prévu à 858 q/ha, en repli par rapport au niveau élevé de 2011 et 3 % en dessous de la moyenne quinquennale. En Picardie, qui concentre le tiers de la production, le rendement perdrait 12 % par rapport à 2011.

Les récoltes de pommes de terre ont aussi été contrariées dans le Nord par les pluies exceptionnelles d'octobre. Les rendements diminueraient dans les principales régions productrices après les hauts niveaux observés en 2011. La production de pommes de terre de conservation et demi-saison se placerait 10 % en dessous de la moyenne des cinq dernières années.

F.M.