Découvrez la fabrication des distributeurs d’engrais Bogballe
/
  • Un atelier est installé dans l’usine. Dans celui-ci se trouve une équipe affectée à l’étude, à la création et à la maintenance des outils utilisés pour fabriquer les distributeurs d’engrais. Ces outils sont développés spécifiquement pour Bogballe. Chaque outil est créé pour limiter à 3 le nombre de manipulation des pièces lors de la fabrication des distributeurs.

  • L’acier brut, après avoir été nettoyé et décapé de la rouille, est stocké à l’intérieur pour éviter qu’il s’oxyde à nouveau. En effet, le constructeur stocke toutes ses pièces d’acier dehors. Ces dernières sont ainsi soumises aux intempéries car le fabricant souhaite que de la rouille se crée dessus pour que le métal ait des aspérités et que la peinture accroche mieux.

  • Une découpeuse au laser traite 1 700 tonnes d’acier et 300 tonnes d’acier inoxydable par an. Cette machine est complètement automatique. Elle coupe des épaisseurs de métaux de 0,8 à 20 mm. Le découpage s’effectue avec une précision de l’ordre d’un dixième de millimètre.

  • Une fois les pièces découpées, elles passent par une phase d’ébavurage qui commence par le dégraissage intégral. Cette étape intervient à nouveau à l’issue de l’ébavurage pour éliminer toutes les poussières et limailles métalliques.

  • Les pièces dégraissées sont envoyées par des tapis à rouleaux dans des machines munies de brosses pour ébavurer tous les angles saillants issus du découpage au laser. Deux types de brosses viennent traiter les pièces découpées.

  • Pour ébavurer les petites pièces, celles-ci sont plongées dans des cuves avec des galets en céramique car elles ne passent pas dans les machines avec brosses.

  • Les angles des rehausses des distributeurs sont pliés à froid à l’aide de presses hydrauliques.

  • Huit robots de soudure sont installés dans l’usine. Ils sont capables de souder l’acier et l’acier inoxydable. Ces machines remplacent environ trois soudeurs par robot, ce qui fait en deux équipes un total de 48 personnes remplacées.

  • Avant de les envoyer en peinture, toutes les pièces passent par trois étapes préliminaires : le grenaillage, le nettoyage par aspersion d’acide dans des caissons et enfin une inspection visuelle.

  • Un couloir de 21 m est affecté aux traitements anticorrosion avant la mise en peinture. Les pièces passent par six étapes. La première est le dégraissage avec de l’eau alcaline à 50°C. Ensuite, vient l’étape de rinçage avec de l’eau à 30°C et l’étape de phosphatage (2 mg/m²). Après, un rinçage à l’eau intervient de nouveau. Les deux dernières étapes consistent à la neutralisation de l’acidité de l’acier par aspersion d’eau déminéralisée et l’étape ultime, la passivation, se fait avec un traitement au chrome.

  • À l’issue du séchage de la peinture, certaines pièces sont soumises à plusieurs tests. Par exemple, un test de résistance à la corrosion ou encore de résistance à la chaleur. L’épaisseur de peinture est aussi vérifiée pour voir si elle correspond au cahier des charges.

  • Un épandeur Bogballe est composé à 85 % de pièces fabriquées par le constructeur. Toutes les machines sont pré-assemblées sur place. Pour la pesée, un étalonnage est systématiquement effectué. Pour ce faire, une masse d’étalonnage de 100 kg est installée de part et d’autre de la machine. À l’issue de ce test, la masse mesurée doit être uniforme sur l’ensemble de la machine et correspondre au cahier des charges.

  • Les boîtiers de renvoi d’angle qui entraînent les pales des distributeurs sont assemblés sur une chaîne à part. Ils sont graissés et scellés avant d’être installé sur les épandeurs. Ils ne nécessitent pas d’entretien.

  • Une fois les épandeurs assemblés, ils sont conditionnés de manière à prendre le moins d’espace possible pour le transport.

  • Une fois conditionnées, les différentes parties des épandeurs sont stockées dans un hangar en attendant leur expédition dans le monde.

  • Un centre de test de 1 600 m² unique en Europe sert à créer les tables d’épandage et à déterminer les caractéristiques de la nappe. Deux bancs servent à réaliser les tests. Celui sur deux dimensions, qui est fixe, mesure la hauteur, la largeur et la longueur d’épandage. Le second effectue les mêmes mesures mais en ajoutant un mouvement de rotation pour voir comment se comporte la nappe lorsque le tracteur tourne.

Paul Denis