Cela fait plus d’un an que les spéculations vont bon train autour de l’avenir de l’usine Yto de Saint-Dizier, en proie à des difficultés depuis sa reprise par le géant chinois Sinomach-Yto en 2011.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
37%

Vous avez parcouru 37% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !