Le bio-GNV (1) carbure plus que jamais ! Les annonces en faveur du développement de ce mode de propulsion plus durable se multiplient. Le Centre de recherche sur les machines thermiques (CRMT), basé dans la région lyonnaise, œuvre au développement d’une solution de conversion sur des tracteurs et chariots télescopiques, du diesel vers le GNV (et donc le bio-GNV).

Cela permettrait notamment à ceux qui possèdent des unités de méthanisation, de produire leur propre carburant. Le projet porte sur des puissances de 70 à 130 ch, inférieures donc à celle du seul tracteur aujourd’hui commercialisé, qui utilise ce carburant : le T6 Methane Power de New Holland et ses 180 ch.

Développement sur moteur John Deere

Pour développer sa solution de rééquipement, le CRMT s’appuie sur un Claas Celtis 436, motorisé par un bloc John Deere à 4 cylindres de 4,5 l. Il affiche une puissance de 80 ch. Le tracteur et le moteur seront tous deux transformés pour s’adapter au GNV. C’est dans le cadre de Res4Live (Renewable Energy Sources for Livestock, ce qui signifie Sources d’énergies renouvelables pour l’élevage) que s’inscrit cette démarche. Il s’agit d’un projet soutenu par la Commission européenne.

Ce projet fédère 18 partenaires, issus de huit pays. Le programme vient de se lancer et devrait s’étaler sur 4 ans. Une fois l’adaptation du Celtis achevée, l’objectif est d’élargir cette technologie sur d’autres véhicules et engins agricoles de moyenne puissance. Cela comprend les engins de manutention comme les chargeurs télescopiques, très présents chez les agriculteurs méthaniseurs.

Gildas Baron

(1) gaz naturel d’origine biologique pour les véhicules.