Les lancements de tracteurs de 2020
/
  • Janvier : chez Claas, le dispositif Cemos arrive sur les Arion et Axion Cmatic. Le système se concrétise, entre autres, par une aide au lestage et aux réglages de la pression des pneumatiques (dans le cas d’un tracteur équipé du télégonflage). Il est intégré dans l’écran Cebis tactile.

  • Janvier toujours : le géant japonais Kubota profite des journées de lancement de ses innovations à Kyoto pour dévoiler son concept X-Tractor. Présenté comme « le tracteur de rêve », l’engin est entièrement électrique et embarque une intelligence artificielle qui lui permet de fonctionner en totale autonomie.

  • Janvier encore : Kubota renouvelle son cœur de gamme avec le M6002. L’offre se compose de trois modèles, avec le M6122, le M6132 et le M6142. Ils affichent des puissances respectives de 121, 131 et 141 ch.

  • Février : Massey Ferguson propose désormais un pont avant suspendu sur ses tracteurs d’élevage de la série 3700 AL. Ce pont pourra équiper les modèles dotés d’une cabine basse ou d’une cabine standard à plancher plat.

  • Février encore : le constructeur autrichien étoffe sa gamme Lintrac avec l’arrivée des modèles 95 LS et 115 LS. Ces deux nouveaux tracteurs se différencient des autres Lintrac en recevant une boîte powershift. En effet, les trois modèles commercialisés jusqu’ici étaient tous munis d’une transmission à variation continue.

  • Mai : le constructeur finlandais Valtra a développé un tracteur télécommandé grâce au réseau 5G et à une caméra 360°. Il effectue une première démonstration de ce prototype.

  • Juin : présentés lors du dernier Agritechnica, les 6M de John Deere ont déjà le droit à des évolutions. Si la gamme reste inchangée, de nouvelles options de taille sont disponibles. La transmission à variation continue AutoPowr est désormais disponibles sur tous les modèles de 4 cylindres, du 6090M au 6140M.

  • Juin encore : à peine quelques mois après leur présentation, les nouveaux 7R de John Deere accueillent un modèle supplémentaire avec l’arrivée du 7R 350. Ce tracteur complète par le haut l’offre, composée désormais de 6 modèles.

  • Juillet : Deutz-Fahr complète sa série 6.4 avec le 6145.4, qui vient se positionner entre le 6140 et le 6155.4 dans le catalogue du constructeur allemand. L’idée avec ce traceur est de proposer un quatre-cylindres avec les capacités d’un six-cylindres.

  • Juillet toujours : Massey Ferguson change de paradigme avec l’arrivée de la série 8S sur le créneau de puissance des 7700 S. Deux nouvelles transmissions, dont un double embrayage, font leur apparition.

  • Août : le constructeur tchèque Zetor offre un lifting au seul tracteur à 6 cylindres de sa gamme. Le Crystal reçoit désormais un moteur conforme à la norme antipollution Stage 5. Ce bloc Deutz de 6,1 litres de cylindrée délivre 171 ch.

  • Août encore : Fendt dévoile la nouvelle génération de son vaisseau amiral à chenilles MT 1100. Issu de la gamme Challenger, ce tracteur est produit dans l’usine de Jackson (Minnesota). La nouvelle gamme comporte quatre modèles : le 1151 de 511 ch, le 1156 de 564 ch, le 1162 de 618 ch et le 1167 de 678 ch. La grande évolution par rapport à la génération précédente est l’arrivée de la variation continue maison Vario.

  • Août toujours : Valtra lance sa cinquième génération de tracteurs avec un modèle de polyculture-élevage. La série G se place entre les séries A et N. Les quatre tracteurs de 100 à 145 ch remplacent les trois petits N. Le G105 développe 105 ch de puissance nominale et 110 ch avec le boost.

  • Septembre : dans la lignée du lancement du Fendt 314 Vario lors de la dernière édition d’Agritechnica, le constructeur bavarois décline sa cabine FendtONE sur l’ensemble de sa série destinée à la polyculture-élevage. La nouvelle génération de 300 Vario comprend quatre modèles dont les puissances varient de 113 à 142 ch. Elle reçoit une cabine entièrement revue.

  • Septembre toujours : Deutz-Fahr introduit un nouveau modèle, le 8280 TTV. Il se positionne entre les tracteurs des séries 7 et des séries 9. Motorisé par un 6,1 l de chez Deutz AG, il propose une puissance maximale de 287 ch, avec un couple de 1 226 Nm. Le moteur est couplé à une transmission à variation continue.

  • Septembre : Claas fait évoluer son Axion 900 et sa version à chenilles Axion 900 Terra Trac avec l’arrivée d’un moteur conforme à la norme antipollution Stage 5. Sous le capot de ce tracteur se cache un bloc FPT Cursor 9 à six cylindres de 8,7 litres. Parmi les autres évolutions, on note l’arrivée du télégonflage CTIC.

  • Octobre : Fendt renouvelle sa série de tracteurs de faible puissance 200 Vario et accueille la nouvelle cabine FendtONE. La série comprend cinq modèles, du 207 Vario de 79 ch au 211 Vario de 124 ch. Tous les modèles sont proposés dans les versions Power, Profi et Profi + avec des niveaux d’équipements différents.

  • Novembre : Landini profite du passage à la norme antipollution Stage 5 pour faire évoluer son tracteur le plus puissant, le Série 7 V-Shift. L’offre comprend quatre modèles couvrant une plage de 200 à 240 ch. Les modifications sur le moteur ont entraîné une évolution du design avec l’intégration de 20 phares à Led, dont 12 sur le toit.

  • Novembre encore : la gamme Lintrac LS, lancée au début de l’année par Lindner, s’étoffe avec l’arrivée d’un modèle supplémentaire, le 75LS. Il est motorisé par un bloc Perkins à 4 cylindres de 3,6 l. Il développe 76 ch en étant conforme à la norme antipollution Stage 5. Ce Lintrac LS reçoit, comme ses grands frères, une transmission mécanique ZF avec 16 vitesses en avant comme en arrière et un doubleur sous charge.

  • Novembre toujours : New Holland propose une nouvelle solution de transmission pour le T6.160, son tracteur le plus compact dans son offre de six-cylindres. Ce modèle de 135 ch peut désormais être décliné en version Dynamic Command, avec la transmission à double embrayage.

  • Décembre : quelques mois seulement après le lancement du 8S, Massey Ferguson poursuit la refonte de sa gamme avec le 5S destiné à la polyculture-élevage. Elle comprend cinq modèles de 105 à 145 ch. Avec son capot plongeant très bas et son rayon de braquage de 4 m, il est destiné à l’utilisation avec chargeur frontal.