Kubota célèbre cette année ses 130 ans. C’est avec la construction de conduites en fonte que l’entreprise fondée par Gonshiro Kubota a commencé son aventure. Dès 1893, la production est délocalisée à Amagasaki, à quelques kilomètres d’Osaka. L’un des premiers tournants arrive en 1922 pour l’entreprise japonaise, avec le début de la construction des moteurs au kérosène.

C’est ensuite en 1960 que le constructeur devient tractoriste. En 1974, Kubota lance sa première minipelle et arrive par la même occasion sur le marché des engins de BTP. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la minipelle réussit plutôt à la firme asiatique. En effet, cela fait 18 ans que Kubota en est le premier constructeur mondial.

Du côté agricole, la firme continue son développement avec des modèles de petites puissances ainsi que des équipements de parc et jardin.

En 2010, cap à l’Est

Déjà présent sur la plupart des continents, le tractoriste prend un nouvel élan en 2012 avec l’acquisition du groupe Kverneland, spécialisé dans les outils attelés, pour le travail du sol ou encore la fenaison. Kubota confirme ainsi ses ambitions de développement en agriculture en devenant full-liner. En 2014, la firme fait un nouveau pas vers l’Europe, et même vers la France. En effet, c’est chez nous (près de Dunkerque) que le japonais décide d’implanter sa nouvelle usine de tracteurs. Ces derniers ne sont pas n’importe quels modèles. Présentée la même année, la série M7 est en effet la plus puissante proposée par le japonais sur le marché européen, avec comme figure de proue le M7-171, fort de ses 170 ch.

Great Plains rejoint l’écurie orange

Alors que le constructeur continue de faire grossir sa partie agricole, son appétit semble insatiable. En 2016, il met cette fois la main sur le constructeur d’outils américain Great Plains. Il faut dire que le japonais affectionne le marché nord-américain. Il y est établi depuis 1972 et possède un site de production depuis 1988. Dernier rebondissement en date, l’accord avec Versatile, visant à commercialiser sous les couleurs nippones, le nouveau tracteur de 6 cylindres du canadien. Le fruit de cet accord reste cependant réservé au pays de l’Amérique du Nord.

Aujourd’hui, Kubota, c’est 4 millions de tracteurs au compteur et 30 millions de moteurs. Le marque, présente dans 110 pays et a qui tout semble réussir, affiche un chiffre d’affaires en 2019 de 17,6 milliards de dollars. La prochaine aventure de Kubota, semble être la robotique, avec plusieurs prototypes déjà opérationnels de tracteurs autonomes.

Pierre Peeters