L214 s’agace et monte d’un cran. Avec le soutien de la Ligue des droits de l’homme, l’association anti-élevage prévoit de déposer, le 31 juillet 2020, une requête en référé liberté auprès du tribunal administratif de Paris. Dans son viseur : la convention de partenariat signée en décembre 2019 entre le ministère de l’Intérieur, la gendarmerie, la FNSEA et Jeunes Agriculteurs...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
31%

Vous avez parcouru 31% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !