Une consultation publique est en cours sur le projet d’arrêté fixant le nombre maximum de loups dont la destruction pourra être autorisée pour la période de 2017-2018. « Ce n’est pas décidé », a-t-il précisé.

Nicolas Hulot s’est dit « sûr qu’on peut trouver là, comme dans d’autres sujets, une intelligence collective ». « Même si j’ai une fibre naturaliste, est-ce que je peux ignorer la détresse de ces éleveurs qui, depuis le début de l’année, ont vu près de 10 000 brebis égorgées ? »