La Confédération paysanne a été reçue mercredi par le ministre de l'Agriculture. L'occasion pour elle de fait part de ses revendications sur la loi d'avenir, la Pac, les 1.000 vaches, les produits fermiers...

« Sur la loi d'avenir, votée quelques heures auparavant au Sénat, nous avons exprimé nos inquiétudes de la voir perdre encore de son ambition », écrit la Confédération paysanne dans un communiqué. « En ce 17 avril, journée des luttes paysannes, des mobilisations ont lieu partout en France sur le foncier et les semences. C'est sur ces thèmes ainsi que sur la définition de l'actif agricole ou encore sur la représentativité que nous avons insisté : il faut faire bouger les lignes ! »

« Les derniers arbitrages sur l'application française de la Pac tardent à venir, il faut dire que le calendrier est chargé. Nous avons donc insisté, à nouveau, sur la nécessité de mettre en place une politique qui ne soit pas excluante (seuils d'accès aux aides, petites fermes...) et qui ne pousse pas à l'industrialisation de l'agriculture. »

« Justement, à propos des 1.000 vaches, Le porte-parole de la Conf' a informé le ministre de sa nouvelle convocation par la gendarmerie d'Abbeville. Nous avons insisté sur la nécessité de trouver enfin une solution... et Stéphane Le Foll a botté en touche. »

« Enfin, sur les produits fermiers, nous avons relancé la discussion sur une véritable définition qui permette de protéger les producteurs et d'éviter les dérives. Une demande plutôt bien reçue par le ministre. »

« Ces rendez-vous ministériels sont le pendant indispensable à nos actions sur le terrain et au quotidien auprès des paysans. Nous savons que le projet que nous portons est le seul à être en cohérence avec les enjeux de la société. Nous ne cesserons donc de le marteler, et de tout faire pour convaincre », conclut le communiqué.