Une agricultrice a porté plainte, mercredi, pour violence volontaire contre un ouvrier du chantier de la ligne à très haute tension (THT) Cotentin Maine qui l'a, selon elle, blessée avec une grue, a-t-on appris jeudi auprès de l'intéressée et du parquet.

« Il m'a littéralement roulé dessus », a déclaré Sylvie Hubert. L'éleveuse, installée à Montabot (Manche), s'est selon elle retrouvée avec cinq jours d'ITT (interruption temporaire de travail), une luxation de l'épaule et une minerve. Les faits datent de lundi soir.

Mme Hubert est la compagne d'Yves Larsonneur, placé en garde à vue pendant plus de 11 heures le 31 juillet pour « opposition » à la construction dans ses champs de deux pylônes de la THT. Le juge des référés doit examiner le 23 août la requête du couple, qui estime que ces travaux ne sont pas légaux.

Le couple réclame 600.000 euros à Electricité de France (EDF), qui en propose 200.000. Les deux agriculteurs affirment ne pas s'être opposés aux travaux lundi. « On a vu qu'ils avaient des difficultés avec une grue qui s'est renversée. On est allé voir, ça nous a fait rire. Lui n'arrivait pas à redémarrer une autre grue. Quand il y est arrivé, il m'a foncé dessus », a raconté Mme Hubert.

« Ce n'est pas la première fois qu'il s'énerve. Jusqu'alors ses collègues avaient réussi à le retenir », a ajouté l'agricultrice, précisant que RTE, la filiale d'EDF chargée des réseaux, avait fini mardi les travaux entamés le 31 juillet sur leur terrain.

Contacté par l'AFP mardi, RTE n'avait pas donné suite jeudi matin.

L'avocat du couple, Me Gervais Marie-Doutressoulle, affirme que lors de l'interpellation de M. Larsonneur, le 31 juillet, son fils de 17 ans a en outre été plaqué au sol par les forces de l'ordre et a écopé de 10 jours d'ITT.

Beaucoup d'agriculteurs sont persuadés que la THT rend leurs vaches malades, alors que des soupçons pèsent également sur leurs effets sur la santé humaine. Pour EDF, cette ligne de 163 km est indispensable pour acheminer l'électricité du réacteur EPR en construction à Flamanville (Manche) et faire face au risque de black-out lors de pics de consommation électrique.

Lire également :

Lait/Lignes à haute tension : rejet de la demande d'indemnisation d'un éleveur normand (21 juin 2012)

Lait/Ligne à haute tension : un éleveur demande le déplacement de son exploitation (14 juin 2012)