Version modernisée de l’Aléna adoptée en 1994 sous Clinton, l’AEUMC a été approuvé par la commission des finances du Sénat américain le mardi 7 janvier 2020. Outre des dispositions sur les conditions de travail, le commerce numérique et l’innovation biotechnologique, l’accord couvre également le domaine de l’agriculture.

Voir aussi : Libre-échange : L’accord nord-américain bientôt ratifié (20/12/2019)

Soutien à la production, compétitivité à l’exportation entre pays membres ou encore accès aux marchés constituent les trois axes de cet accord. Pour autant, les bénéfices pour les agriculteurs risquent de ne pas être identiques de chaque côté de la frontière.

Un accord loin de faire l’unanimité

D’après l’USDA (United States Department of Agriculture Foreign Agricultural Service), l’équivalent du ministère de l’Agriculture des États-Unis, cet accord devrait permettre l’ouverture du marché canadien aux laitiers et aviculteurs américains. En contrepartie, les Américains concèdent à l’importation de produits sucrés et à l’ouverture de leurs marchés pour la production de betterave sucrière.

L’AEUMC prévoirait l’ouverture de 3,59 % du marché du lait canadien aux Américains. Le Canada a également concédé à stopper l’abaissement de ses tarifs sur le lait diafiltré qui profitait jusqu’alors à ses producteurs. Si les agriculteurs américains se réjouissent de ce nouvel accord et réclament sa signature rapide, leurs collègues canadiens regrettent la disparition de ces parts de marché et craignent un effet dévastateur sur leurs revenus.

Signature définitive retardée

La version initiale de l’accord a été signée à la fin de 2018 par les trois chefs d’État. Mais à la suite des modifications, notamment à la demande du parti démocrate américain, seul le Mexique l’a aujourd’hui définitivement ratifié.

Voir aussi : Libre-échange : Le Mexique ratifie l’accord avec le Canada et les États-Unis (20/06/2019)

Aux États-Unis, aucune date n’est encore fixée pour une adoption définitive par le Congrès. Une fois adopté, l’accord devra être définitivement ratifié par le président Trump en attente de son procès pour destitution.

Le Canada a, de son côté, précisé qu’il ratifierait l’accord en même temps que les États-Unis.

A. Gambarini