Selon une enquête de CSA pour l'Association des maires de France (AMF), les Français apprécient le milieu rural pour son environnement de qualité (44%) et sa convivialité (33%). En revanche, ils estiment que la recherche d'un emploi est plus difficile (32%) qu'ailleurs et ils déplorent le manque de commerces et de services publics (32%).

Si les personnes de plus de cinquante ans apprécient la sécurité qui règne dans les campagnes, les jeunes eux redoutent l'isolement. Cependant, deux tiers des Français affirment préférer vivre à la campagne. Ce plébiscite est très fort chez les parents de jeunes enfants. Enfin, neuf habitants du milieu rural sur dix sont satisfaits de leur situation.

Si le cadre de vie attire à la campagne, deux tiers des Français estiment que les maires ruraux doivent en priorité défendre les services de proximité avec deux services jugés essentiels: d'abord l'école (61%) et ensuite l'hôpital à moins de 50 kilomètres (56%), suivi du bureau de poste (30%), de la gare (19%) et enfin, de la maison de retraite (8%).

Les édiles ruraux, qui débattaient lors du congrès des maires de France le 20 novembre à Paris, partageaient ce souci. Michel Vergnier, maire de Guéret (Creuse), a rappelé que les élus peuvent défendre leurs services en s'appuyant sur la charte sur l'offre des services publics et au public en milieu rural. Cette charte stipule que les élus doivent être au moins consultés avant toute décision de fermeture. Les élus qui sont intervenus, parlant les uns d'une deuxième vague de fermeture de bureaux de poste, les autres de leur tribunal d'instance qui figure sur la liste des fermetures annoncées en «deux minutes et sans concertation», ne semblaient pas partager l'optimisme de l'élu creusois.

Télécharger les Résultats de l'enquête CSA (30.82 Ko).

M-G.M.