Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le Grand ballon, tout en haut des Vosges

réservé aux abonnés

Tourisme - Le Grand ballon, tout en haut des Vosges
Le radar de l’aviation civile domine le Grand ballon. © D. Péronne

Avec ses sentiers plutôt aisés et ses vues magnifiques, le Grand ballon est une balade prisée des marcheurs.

De tous les ballons du massif vosgien, c’est celui qui est le plus facilement identifiable. À des dizaines de kilomètres à la ronde, la grosse boule ronde et blanche - surprenante pour qui ne sait pas à quoi elle correspond - est posée comme par magie sur son sommet. Une boule brillante sous le soleil, changeante au gré des nuages… Certains l’appellent encore Ballon de Guebwiller, du nom de la ville la plus proche, située à 8 km à l’est, à vol d’oiseau. Plus connu sous le nom de Grand ballon, avec ses 1 423 mètres, c’est le plus haut sommet du massif vosgien.

1 423 mètres de hauteur

Une fois le véhicule garé, pour parvenir en haut de ce sommet, plusieurs sentiers peuvent être empruntés. Le plus fréquenté est celui qui part du chalet-hôtel, situé sur la route des crêtes. À cet endroit, de vastes emplacements permettent de stationner mais aussi de se restaurer et d’acheter des produit locaux. La famille Riche, apiculteurs, y propose une gamme de produits « maison », du savon à la propolis au pain d’épices, des gâteaux au miel aux confitures. Du parking, le chemin grimpe de façon assez soutenue, mais régulière, pendant une demi-heure. Prévoir une bonne paire de chaussures car le sentier est rocheux.

Le Grand Ballon vu du site du Vieil Armand, encore appelé Hartmannswillerkopf. © D. Péronne

Au sommet du Grand ballon se dresse le monument des Diables bleus, érigé à l’initiative des Club alpin français et Club vosgien, pour rendre hommage aux victimes des bataillons de chasseurs alpins engagés dans la guerre de 1914-1918. L’intrigante et énorme boule blanche est un radar de l’aviation civile. Elle a été conçue en 1997 comme une œuvre architecturale par Claude Vasconi. Une table d’orientation liste les points de vue. Par temps clair, il est possible d’y voir le Jura et les Alpes.

Un autre sentier moins « couru » est celui qui passe par la face sud. Il démarre de la ferme-auberge du Haag, à Geishouse, à recommander avec ses copieuses planches jambon-fromages, sans oublier l’indispensable tarte aux myrtilles. Compte-tenu de l’afflux de touristes à certaines périodes, notamment en haute-saison, il est prudent de réserver si l’on souhaite s’y restaurer. Sur ce sentier exposé au soleil, le milieu naturel est différent, avec de petits arbustes, de la bruyère, caractéristique d’un sol sec.

Dominique Peronne

En pratique

Accès

En été, les accès se font par la route des crêtes, Guebwiller, Wattwiller, Willer-sur-Thur et Goldbach.

En hiver, toutes les routes sont déneigées, les équipements obligatoires, mais la route des Crêtes est fermée. L’accès se fait alors par Willer-sur-Thur et Goldbach.

• Idée de randonnée

Depuis Soultz, le circuit dit du Grand ballon est une randonnée plus difficile mais qui reste accessible au plus grand nombre.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !