Dans un communiqué de presse du 1er décembre, l’European Milk Board (EMB) fait un nouveau tour d’Europe des coûts de production du lait. « Malgré tous les chiffres et les données sur le secteur, le commissaire européen Phil Hogan refuse de parler d’une situation de crise, estime l’organisation. La passivité politique qui s’ensuit ne fait que retarder le problème, l’amplifiant encore davantage. »

L’EMB relate l’étude du Büro für Agrarsoziologie & Landwirtschaft (BAL) pour le mois de juillet. « En Allemagne, le prix de 29,42 centimes était loin de couvrir le coût moyen de 44,79 centimes. Ce déséquilibre dans la filière et ses conséquences néfastes pour les éleveurs et le développement rural ne sont cependant pas un problème propre à l’Allemagne. »

Des baisses de prix en Europe

L’EMB cite d’autres prix du lait comme en Lituanie, où elle le situe « actuellement entre 10 et 19 centimes. En Belgique, les producteurs sont payés 25 centimes par litre de lait, au Danemark 29 centimes. » Les raisons de cette baisse sont claires pour le syndicat : c’est la progression de la collecte depuis avril dans « de nombreux états membres ».

« En Irlande par exemple, d’avril à août 2015 la production a augmenté de plus de 12 pour cent par rapport à la même période de l’année précédente. L’Allemagne, les Pays-Bas et la Pologne aussi affichent une hausse significative de la production de plus de 7, voire de 2,5 et de 3,3 pour cent, respectivement. »

L’EMB en profite pour rappeler qu’elle a développé « un programme faisant appel à la responsabilité du secteur. Grâce à un outil de réduction volontaire des volumes, celui-ci permettrait de ramener les volumes produits à un niveau adéquat partout en Europe. Cet outil serait uniquement d’application en période de crise et servirait ainsi d’important filet de sécurité. »