Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Siège de l’usine Lactalis à Laval

Lait
 - Siège de l’usine Lactalis à Laval
Représentants syndicaux de la FNSEA et de JA le 23 août devant l’usine Lactalis à Laval. © Christian Watier © Christian Watier

Le lundi 22 août au soir, plus de 400 éleveurs selon les organisateurs FNSEA et JA, ont protesté contre un prix du lait trop bas devant l’usine Lactalis à Laval. La mobilisation, poursuivie mardi, est annoncée « à durée indéterminée ».

L’information étant relayée par nombre de médias nationaux, difficile d’ignorer que les éleveurs laitiers ont débuté hier soir un siège de l’usine Lactalis à Laval (Mayenne). Au rond-point du Zoom, des centaines de manifestants (plus de 400, selon les organisateurs) sont venus exprimer leur mécontentement contre le leader laitier mondial. Des livreurs à Lactalis donc, mais pas seulement : Sodiaal, Savencia ou Bel également… car pour le prix du lait, « on sait que c’est Lactalis qui donne le tempo », explique l’un d’eux. Des producteurs de porcs et de volailles ont également fait le déplacement « par solidarité ». Et même si l’appel à manifester émane de la FNSEA et JA, tous ne sont pas syndiqués. « On n’a pas l’habitude de venir aux manifestations, explique l’épouse d’un éleveur. Mais là, trop, c’est trop ! »

« Qu’ils partagent la valeur ajoutée »

Ce qui agace unanimement, c’est de constater que le géant mondial se porte bien et continue à investir. « Quand on voit qu’il se permet de racheter Graindorge… Chez nous, les investissements, c’est zéro. On est les dindons de la farce », commente l’un. « Le problème, c’est qu’il se sert de nous pour augmenter son capital, renchérit un autre. Ils peuvent gagner de l’argent, mais qu’ils partagent la valeur ajoutée ! »

Les coopératives ne sont pour autant pas épargnées. « Les investissements d’Agrial me coûtent 3,50 €/1 000 l, constate un jeune agriculteur installé depuis quatre ans. Les coops n’ont pas ralenti leur train de vie non plus. » Collectés par des laiteries privées ou coopératives, tous sont là pour une revalorisation de leur lait.

Des prix et de la reconnaissance attendus

« Si Lactalis augmente son prix, les autres vont suivre », espère un livreur à Sodiaal, ayant touché 251 €/1 000 l le mois dernier, avec 30 % de son volume payé au prix B. « Au mieux on obtiendra à peine 10 €, alors qu’il nous en faut 100 », se désole un autre, moins optimiste.

Tous ne sont pas venus uniquement pour le prix. « J’attends une prise de conscience de Monsieur Besnier, et de la société aussi. Est-ce qu’ils veulent encore des produits français de qualité ? », questionne Sandrine, éleveuse livrant à Lactalis.

Dans les discours des représentants syndicaux, les souvenirs des manifestations de 2015 ressurgissent. Cette fois-ci, « il ne faut pas céder, scandait Philippe Jehan, président de la FDSEA de la Mayenne, lors de sa prise de parole hier soir. Plus aucun camion ne sortira de l’usine tant que l’on n’a pas gagné ! » Et tous les éleveurs continueront d’être collectés, il l’assure. Cette inquiétude est compréhensible quand on connaît les précédents agissements du groupe Lactalis (voir encadré ci-dessous). Les agriculteurs de la Bretagne, des Pays de la Loire, de la Normandie, des Hauts-de-France et même du Grand Est ont prévu de se relayer pour tenir le siège devant l’usine, et ce jusqu’à atteindre leurs objectifs.

Chantages à l’arrêt de collecte sur les protestataires

Les livreurs à Lactalis critiquant leur collecteur peuvent le payer cher… Après des actions syndicales ou des propos imprudents dans la presse, les témoignages en ce sens ne sont pas rares.

Ainsi, cet éleveur du Grand Ouest, qui préfère rester anonyme. Quinze jours après avoir participé à une action ne visant pourtant pas seulement Lactalis, il reçoit une lettre recommandée. « Objet : résiliation de contrat », peut-on lire en tête du courrier. « Aux termes des dispositions de l’article 13, toute atteinte volontaire portée à l’image de l’autre partie entraînera résiliation immédiate dudit contrat. Or vous avez mené une action de dénigrement des produits de notre groupe », ce qui constitue une « violation de vos obligations contractuelles ».

Une incertitude menaçante

Lactalis dit « réfléchir » aux suites qu’il compte donner. Puis silence. Les camions continuent à collecter son lait. Quelques semaines plus tard, une autre action syndicale ayant eu lieu, l’éleveur ne voit pas arriver son collecteur, qui a pourtant ramassé le lait de ses voisins. Puis la collecte reprend. Mais jusqu’à quand ? Est-ce une punition de la part du géant laitier ? Une menace pour maintenir une pression individuellement sur ses producteurs les plus revendicatifs ?

Par ailleurs, Lactalis n’a pas hésité à envoyer des huissiers aux propriétaires des terrains où sont installées des banderoles, ou aux magasins de la Haute-Saône ayant déréférencé les produits de Lactalis, comme signe de soutien aux éleveurs.

M.B.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !