Au lendemain des annonces du ministre l’Agriculture concernant le plan de réduction de collecte, la Confédération paysanne salue « sa forte volonté d’éviter un phénomène de restructuration » à travers le choix d’une majoration du soutien. En effet, seuls les premiers 5 % de réduction de la production bénéficieront de l’incitation de 0,24 € par litre non-produit.

Selon le syndicat, Stéphane Le Foll a « enfin saisi la nécessité d’éviter de faire de cette enveloppe le moyen de financer un gigantesque plan social la concentration des productions dans quelques territoires ». Dans son communiqué, la Confédération paysanne ajoute que la majoration « devrait permettre de répartir l’effort en baissant la production par vache au lieu d’encourager la décapitalisation et les cessations d’activité ».

Porte ouverte à un redémarrage en 2017

Le syndicat regrette cependant que la réduction de production soit volontaire et limitée à une courte période. « Cela laisse la porte ouverte à un redémarrage de la production en janvier 2017 et n’empêchera pas certains de poursuivre l’augmentation de leur volume de production », commente-t-elle. C’est pourquoi la Confédération paysanne rappelle sa proposition de « tunnel de prix, fondé sur une gestion dynamique de la production européenne et une solidarité intra-européenne ». Ce mécanisme permettrait de réduire la production quand les prix sont bas, maintenant une rémunération du paysan au-dessus des coûts de production, et de libérer les volumes quand les prix remontent.

La Confédération paysanne appelle également les paysans à se mobiliser le 2 septembre à 10 heures devant la préfecture de Blois, à proximité de Chambord où « les ministres de l’Agriculture européens sont conviés par Stéphane Le Foll à se retrouver dans le luxe du Château » alors que « pendant ce temps, le monde agricole connaît une crise sans précédent ». Ils réaliseront une distribution de lait à la population « pour échanger avec eux sur la crise et la mise en danger de la souveraineté alimentaire. »

M.B.