« On débute 2018 avec un certain flou sur les perspectives de prix du lait », reconnaît Thierry Rocquefeuil, président de la FNPL. « Les stocks de poudre maigre dépassent toujours les 300 000 tonnes, ce qui tire vers le bas son niveau de valorisation sur les marchés. » Selon le syndicaliste, « il n’y a pas de visibilité sur la fin de ces stocks. La Commission européenne estime que ces stocks...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
24%

Vous avez parcouru 24% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !