La rumeur court dans le grand Ouest : Laïta (regroupant Terrena, Even et Triskalia) ne paierait pas les allocations provisoires au prix de valorisation « beurre-poudre » établi par l'interprofession laitière (Cniel).

La coopérative aurait calculé son propre montant, inférieur de 30 €/1.000 l. La FRSEA de l'Ouest s'en est émue dans un communiqué publié le 4 février, appelant à une « transparence totale ».

Mais Dominique Chargé, président de Laïta, dément. « Les 5 % d'allocations, ainsi que la marge d'erreur de 2 %, seront bien payées comme le volume B, c'est-à-dire au prix beurre-poudre déterminé par le Cniel. Seulement, afin d'amortir des variations de cours trop importantes, ce prix sera lissé sur quatre mois. »

Compte tenu du niveau des cotations des produits industriels depuis l'automne dernier, la différence avec le prix A devrait être minime. « Cependant, il y a une différence significative entre la réalité du commerce et cette valorisation établie par le Cniel, souligne-t-il. Nous demandons donc à l'interprofession de revoir ce calcul. Sinon, Laïta ne le suivra plus. »

E.C.