Heureux « hasard » du calendrier ou non, la conquête de Lactalis continue. Après Nuova Castelli (Italie) à la fin de mai et deux filiales de Kraft Heinz (Canada) et Ehrman Commonwealth Dairy (États-Unis) sur la première dizaine de jours de juillet, Lactalis s’attaque au marché brésilien avec le rachat de la coopérative Itambé.

« Le nouvel ensemble atteindra un chiffre d’affaires annuel de 1,5 milliard d’euros devenant ainsi la cinquième activité du Groupe Lactalis au niveau mondial derrière la France, l’Italie, le Canada et les États-Unis », précise le communiqué publié le 11 juillet 2019.

Acquisition de choix

Le milliard de litres collecté chaque année par la coopérative auprès de 4 000 producteurs ainsi que ses cinq sites de production viennent s’ajouter au palmarès du géant français, présent sur le territoire depuis 2013. La filiale brésilienne du groupe compte désormais 19 usines et 8 500 collaborateurs responsables de la collecte et de la transformation annuelle de 2,3 milliards de litres de lait, soit 10 % de la production nationale.

À l’aube d’un possible accord commercial de libre-échange entre le pays sud-américain et l’Europe, Lactalis do Brasil acquiert une position de choix et devient ainsi le leader brésilien toutes catégories : fromages, lait liquide, poudre de lait, beurre, yaourts et produits industriels.

Pour rappel, l’entreprise familiale mayennaise, dotée d’une forte politique de croissance externe avec 8 acquisitions en 2018 et un départ pour le moins dynamique en 2019, prévoit de passer la barre des 20 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2020, contre 18,5 milliards d’euros en 2018.

A. Courty, avec l’AFP