Le groupe Lactalis a annoncé, mardi, s'être emparé de 29 % du capital du groupe agroalimentaire italien Parmalat en rachetant 15,3 % aux fonds d'investissement étrangers Zenit Asset Management AB, Skagen AS et Mackenzie Financial Corporation.

Lactalis a précisé, dans un communiqué, qu'il rachèterait toutes les actions ordinaires détenues par ces fonds au prix de 2,80 euros par action. Cette opération représente un coût de 750 millions d'euros. « L'accord sera exécuté ce jour », a indiqué Lactalis.

« Au terme de cette opération, le groupe Lactalis détiendra une participation directe et potentielle représentant environ 29 % du capital de Parmalat », selon le communiqué du groupe publié à la demande des autorités boursières italiennes.

Mécontents de la gestion de Parmalat, les fonds norvégien Skagen, canadien Mackenzie et suédois Zenit s'étaient alliés en janvier avec l'ambition de faire du groupe l'un des leaders mondiaux du secteur.

Lundi soir, le groupe Lactalis avait annoncé avoir poursuivi sa montée dans Parmalat et détenir directement et indirectement 13,67 %. Le groupe français avait pris tout le monde de court, jeudi dernier, en annonçant qu'il détenait 11,42 % de Parmalat et était donc devenu le premier actionnaire du groupe italien, dont le capital est très éclaté.

Lactalis avait indiqué qu'il entendait poursuivre sa montée au capital mais sans dépasser le seuil des 30 % qui l'obligerait à lancer une OPA.

Face à cette offensive de Lactalis, le gouvernement italien avait annoncé réfléchir à des mesures pour défendre les entreprises du pays quand elles sont jugées « stratégiques ».

Pour barrer la route à Lactalis et aux fonds, le gouvernement italien a indiqué être « très favorable » à une alliance d'investisseurs de la péninsule. La banque Intesa-San Paolo pourrait en être le pivot tandis que le groupe laitier Granarolo et le géant du chocolat Ferrero (Nutella, Kinder) ont fait part de leur intérêt.

Lactalis, déjà très présent en Italie avec Galbani, a présenté sa liste de candidats pour le conseil d'administration de Parmalat qui doit être renouvelé à la mi-avril. Cette liste publiée par Parmalat ne contient pas le nom de l'actuel patron du groupe, Enrico Bondi.

Lire également: