La chambre d'agriculture du Finistère souhaite réorganiser la production laitière en créant des organisations de producteurs (OP) face à chaque transformateur.

« Nous avons réfléchi à une stratégie cohérente pour conserver le poids de la production et discuter d'égal à égal » dans les négociations sur le prix du lait, a déclaré le président de la chambre, Jacques Jaouen.

Une étude menée par la chambre finistérienne envisage la mise en place d'une « organisation centrée sur les producteurs » se déclinant en organisations de producteurs (OP) en lien avec chaque transformateur et, au-dessus, en associations d'organisations de producteurs (AOP).

Ces AOP regrouperaient les OP d'un bassin de production et seraient représentées à l'interprofession laitière au sein du collège de la production.

Mais cette nouvelle organisation ne pourrait fonctionner sans une décision politique de « régulation européenne », a prévenu Jacques Jaouen, en citant en contre-exemple du modèle suisse sorti des quotas en 2009 et où les AOP des bassins de production laitière se livrent à une concurrence sans merci.

« Evidemment, ce n'est pas une réponse immédiate au désarroi et à l'inquiétude actuelle des producteurs, mais il faut voir l'avenir », a ajouté le président de la chambre d'agriculture du Finistère.

Ce projet qui est en débat au sein de la FRSEA de la Bretagne devrait être élargi aux autres régions où les AOP conserveraient leurs « propres spécificités ».

Lire également :

Lait : propositions de la FDSEA du Finistère pour « redonner un élan aux producteurs » (25 mars 2010)