Trois ans après la grève du lait, la situation des éleveurs laitiers « se dégrade irrémédiablement », estime l'Association des producteurs de lait indépendants (Apli), qui appelle à manifester le 11 octobre 2012 dans les Deux-Sèvres.

Dans un communiqué diffusé lundi, l'Apli « met en garde contre les causes qui génèrent la situation actuelle » depuis 2009, évoquant notamment :

- « Une contractualisation renforçant le pouvoir des industriels et n'apportant aucune solution à l'équation coût de production/prix payé ;

- Les dégâts évidents de l'orientation verticale des OP [organisations de producteurs] où le producteur devient la variable d'ajustement ;

- Une interprofession inutile et dépassée ;

- La cogestion qui, par le cumul des mandats et les conflits d'intérêts, se substitue à la défense des éleveurs laitiers ;

- La gestion inefficace et dictatoriale des coopératives tirant les prix vers le bas. »

« L'Apli n'a d'autre choix que de retourner à l'affrontement pour exiger un moratoire sur la contractualisation avec annulation des contrats déjà signés, une expertise sur la réalité économique et fiscale des coopératives laitières, la reconnaissance de l'Office du lait national comme seul lieu de négociation concernant les problèmes laitiers, des mesures d'urgence pour pallier l'augmentation des charges », explique l'association, qui appelle à un rendez-vous, le 11 octobre dans les Deux-Sèvres, « pour un premier avertissement ».

E.C.