En octobre 2014, la collecte de lait de vache progresse de 2,5 % par rapport au mois d'octobre 2013, indique le ministère de l'Agriculture, jeudi dans une note Agreste. Un cheptel plus important, de bonnes conditions météo automnales, propices aux productions fourragères, et une baisse de prix des aliments complémentaires, favorisent cette évolution.

D'une année sur l'autre, la collecte progresse surtout dans les régions du nord-est de la France (+8,3 % en Lorraine-Alsace, +7,4 % en Franche-Comté, +3,7 % en Bourgogne), mais reste en retrait dans les régions du Sud.

D'après les derniers sondages hebdomadaires de FranceAgriMer, la hausse saisonnière de la collecte laitière serait plus modérée : les volumes de collecte relevés en novembre 2014 retrouveraient un niveau proche de ceux de novembre 2013.

En cumul depuis le début de la campagne de 2014-15, la collecte de lait de vache progresse de 6,2 % par rapport à la campagne de 2013-14.

Toutefois, la collecte cumulée depuis le début de la campagne de 2014-15, et corrigée de la matière grasse, serait en retrait de 310.000 tonnes par rapport au quota national, soit un « déficit » de 2 %.

L'évolution de la collecte laitière dans l'Union européenne est très hétérogène d'un pays à l'autre. La Pologne et certains pays de l'Europe du Nord comme l'Allemagne, les Pays-Bas ou encore le Danemark qui se trouvent en situation de dépassement potentiel à cinq mois de la fin de la campagne amorcent un ralentissement de leur production. En revanche, la collecte ne faiblit pas au Royaume-Uni (+6 % en octobre 2014 par rapport à 2013), mais la situation vis-à-vis du quota est nettement déficitaire.