Le conseil spécialisé pour les filières laitières de FranceAgriMer s’est réuni le 16 décembre 2015 à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Il a fait un point sur les différents niveaux de collecte en 2015 par rapport à l’an dernier, estimant d’abord que celle de lait de vache conventionnel reste dynamique en Europe du Nord, et stable en France. Les échanges mondiaux reculent. Les stocks viennent alourdir le marché communautaire. Les prix des produits industriels sont de nouveau en baisse, dans l’Union européenne comme en Océanie. Quant à la poudre de lait écrémée, son cours est redescendu au niveau du prix d’intervention. La collecte de lait de vache bio a rebondi en octobre, et le prix payé aux producteurs remonte grâce à une évolution favorable des achats des ménages. Le détail de la conjoncture du lait de vache est disponible dans une analyse FranceAgriMer datée du 16 décembre.

Du côté des chèvres, la filière est au ralenti depuis le début de l’année, mais redémarre doucement en cette fin d’année. « Les stocks sont particulièrement faibles alors que la consommation de fromages de chèvre progresse nettement, note FranceAgriMer. Les prix au détail sont en très légère augmentation par rapport à l’an dernier. »

Enfin, la collecte de lait de brebis est stable par rapport à l’an dernier. La consommation de fromages progresse de 2 %. Les exportations de Roquefort bondissent de 6 %.

S’agissant des exportations, FranceAgriMer rappelle que la France attend les résultats de la mission d’audit chinoise pour l’agrément de 18 établissements producteurs de denrées animales candidats à l’exportation vers la Chine. Six d’entre eux souhaitent exporter du lait infantile.

H.C.