Les Jeunes Agriculteurs (JA) souhaitent rénover la coopération laitière « pour inciter les jeunes à s'y investir ». Jérôme Chapon, vice-président du syndicat, avance plusieurs propositions.

« Quand on s'installe, on n'a pas le choix du collecteur, explique Jérôme Chapon. Des éleveurs se retrouvent ainsi coopérateurs “par héritage”, mais pas par volonté. Et doivent parfois suivre une stratégie dans laquelle ils ne se retrouvent pas. Or l'outil coopératif – un projet collectif – est une chance. Nous souhaitons le rénover, pour inciter les jeunes à s'y investir. » Le syndicat Jeunes Agriculteurs a donc travaillé sur la coopération, en particulier dans la filière laitière.

Pour impliquer davantage les nouveaux coopérateurs, les membres du réseau ont donc élaboré une série de propositions. Ils les présenteront à la coopération laitière (FNCL) en septembre. Leur objectif : créer une « pépinière » de jeunes dans la coopérative, et accélérer le renouvellement de génération.

Pour cela, ils proposent trois mesures phares :

- Créer une section « jeunes » dans la coopérative ;

- Créer un conseil d'administration (CA) « jeunes », davantage à même de s'occuper des problématiques des jeunes et de faire des propositions les concernant. Ces CA « jeunes » ne seraient pas décisionnaires, mais quelques sièges pourraient leur être réservés dans les CA « officiels » ;

- Renouvellement des administrateurs : il s'agirait de limiter le nombre de mandats des administrateurs, par exemple à 3 ou 4, et de limiter la durée d'exercice des postes à responsabilité, par exemple en plafonnant la présidence d'une coopérative à 10 ans. « Les plus anciens passeraient la main tout en faisant profiter de leur expérience, par exemple via un conseil de surveillance », suggère Jérôme Chapon.

« Nous formulerons aussi des propositions sur la gouvernance des coopératives, ajoute Jérôme Chapon. Ainsi, il faudrait dissocier la problématique “amont” de la problématique “aval”. Une partie du CA serait réservée aux sujets concernant la production et la collecte, et l'autre se pencherait uniquement sur la transformation et la stratégie commerciale. Les membres du CA affectés à l'aval bénéficieraient d'une formation poussée sur ces questions. »

Autre proposition : JA souhaite que les coopératives puissent être partie prenante d'éventuelles associations d'organisations de producteurs (AOP) au niveau des bassins laitiers. « Car même après 2015, il faudra parler de mobilité des volumes entre entreprises, privées et coopératives. Si on se fixe des règles, et qu'on met en place de nouveaux outils au niveau des bassins, il faut que les coopératives soient partie prenante de la gestion transversale des volumes. »

E.C.