Alors que le Canard enchaîné accusait mercredi les services vétérinaires de « n’avoir détecté aucune salmonelle sur le site de Craon de Lactalis lors d’un contrôle en septembre dernier », le ministre de l’Agriculture s’est justifié sur le plateau de Franceinfo.fr. « Ces contrôles ont été faits sur un site qui ne correspond pas à l’endroit où est produit le lait infantile. […] À partir du moment où on ne trouve rien, on ne nous alerte de rien. »

Des « traces de salmonelle » détectées en août et en novembre

Dans un communiqué daté du 3 janvier 2018, Lactalis reconnaît que « deux seules analyses positives, l’une en août et l’autre en novembre, de traces de salmonelles ont été révélées uniquement dans l’environnement et non dans les produits. ». L’industriel assure que « toutes ces analyses ont été transmises aux autorités compétentes dès le début ».

Au sujet de ces autocontrôles, Stéphane Travert reconnaît que « ces audits sont disponibles en permanence ». Mais le ministre préfère s’en remettre à la justice. « Aujourd’hui, il y a une enquête judiciaire qui a été mise en place. Il faut la laisser aller à son terme et déterminer les responsabilités de chacun »