Quinze minutes, c’est le temps que Serge Bousquet Chassagne et Patrick Franken sont restés dans le bureau du juge. C’est leur propre avocat, arguant d’un délai trop court entre la réception de la convocation et l’audience, qui a obtenu ce report. Prochain rendez-vous fixé au 17 janvier 2020.

Parmi les chefs d’accusation figurent des infractions au code de l’environnement, la dégradation de biens pour un poteau ERDF, et la violation d’une obligation de prudence ou de sécurité. Par un communiqué, la Coordination rurale du Lot-et-Garonne rappelle sa position : le projet aurait avancé de manière plus apaisée s’il n’avait pas fait l’objet d’un jeu de pouvoir national. « Serge Bousquet-Chassagne et Patrick Franken ne doivent pas subir les conséquences des puissants enjeux politiques qui ont été à la base de tous les maux du lac de Caussade », écrit le syndicat.

Une réunion de concertation le vendredi 12 juillet en préfecture pourrait encore tout faire basculer. Alors que l’ouvrage est terminé, ce comité de pilotage sera responsable de rouvrir les négociations concernant la gestion de la ressource en eau, et de valider des études nécessaires à la sécurité.

Ivan Logvenoff