Hostabee partenaire des chasseurs

La start-up française Hostabee, qui propose des solutions pour l’apiculture connectée grâce à son module permettant de surveiller l’état de santé des abeilles, vient de nouer un partenariat avec la Fédération régionale des chasseurs des Hauts-de-France. Hostabee déclinera désormais sa technologie pour les ruches connectées sur les cages de piégeage.

Ce rapprochement a mené au lancement d’un site et d’une marque réservée à la commercialisation d’un nouveau boîtier connecté : TrapR. L’objectif est de permettre aux piégeurs de toute la France de rester connectés 24 heures sur 24 à leurs pièges via leur smartphone. Pour le moment, 400 pièges sont connectés avec cette solution.

Une aide pour le photovoltaïque

Ener-Pacte propose aux agriculteurs propriétaires d’une installation photovoltaïque, un service d’intermédiation entre les partenaires techniques (matériel, installation et maintenance) et financiers (banque et assurance) impliqués dans leur projet. L’objectif est de gagner du temps et en efficacité. Sa rémunération est basée sur les revenus additionnels générés grâce à̀ ses interventions.

Agricool lève 25 millions d’euros

À peine deux ans après le début de son activité, Agricool termine une énorme levée de fonds pour industrialiser le déploiement de son système de production de fruits et légumes en containers. Avec ces 25 millions, ce sont six nouvelles unités de production à Paris et Dubaï qui verront le jour.

Le nouveau pool d’investisseurs se compose de Danone Manifesto Ventures, BPI France Large Venture, Marboeuf capital et Solomon hykes. Ces derniers ont été attirés par le concept d’Agricool qui permet notamment de faire pousser des fraises dans des conditions les plus extrêmes avec un rendement au mètre carré 60 fois supérieur à un système classique.

Guillaume Fournier, cofondateur d’Agricool, se veut confiant pour l’avenir : « Nous sortons de la phase de R&D pour atteindre un gros rendement et une bonne qualité. Mais surtout, nous avons travaillé sur l’ensemble de la chaîne de valeur, notamment la logistique et la distribution. Cela nous a permis de trouver le modèle qui fonctionne. »

Naïo lève 2,5 millions d’euros

La start-up toulousaine spécialiste du robot de binage valide une levée de fonds. Mais celle-ci n’est que le prélude à une prochaine levée de 10 millions qui devrait avoir lieu au premier semestre de 2019. « Nous devons accélérer le financement de nos programmes de R&D pour maintenir notre avance sur le marché, détaille le fondateur de la start-up, Aymeric Barthes. Il est également important d’accompagner le déploiement commercial à l’international de nos premiers produits. »

Loris Coassin et Corinne Le Gall