Le collectif « Sauvons les fruits et légumes » se félicite mardi [10 mai 2011, ndlr.] dans un communiqué de la nouvelle autorisation d'un produit phyto biologique pour lutter contre Pseudomonas syringae, une bactérie qui s'est installée depuis 2010 dans les vergers du Sud-Ouest en provoquant un dépérissement de l'arbre. 250 hectares seraient atteints, soit 6 % du verger français de kiwi.

Le produit à base de Bacillus subtilis, déjà utilisé en vigne, a reçu une autorisation de mise sur le marché de 120 jours à partir du 5 mai 2011. Il pourra être utilisé en complément de l'application de cuivre.

« Il y avait urgence. La profession et les pouvoirs publics cherchaient depuis longtemps à endiguer le phénomène », estime le Collectif, précisant que 4.500 hectares de vergers, 1.500 producteurs et 100 millions de chiffres d'affaires par an étaient jusqu'à maintenant menacés par cette nouvelle maladie.

L'association regrette que des organisations environnementalistes se soient récemment « élevées contre le principe de dérogation ou l'homologation temporaire de produits phytopharmaceutiques. Aujourd'hui, une maladie émergente menace la culture du kiwi en France. Il était temps de faire preuve de pragmatisme et de bon sens pour sauver une production locale ».

I.E.