Le pape Benoît XVI a défendu mardi, Journée mondiale de l'alimentation consacrée au modèle coopératif, cette « expression d'une vraie subsidiarité », demandant à la communauté internationale de se doter d'instruments législatifs et financiers pour le renforcer.

Dans un message adressé au directeur général de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), José Graziano da Silva, le souverain pontife a mis l'accent sur « le rôle irremplaçable » des femmes dans les coopératives.

« En considérant les situations où conflits et désastres naturels limitent le travail agricole, une pensée spéciale est adressée au rôle irremplaçable de la femme souvent appelée à diriger l'activité des coopératives, à maintenir les liens familiaux et à garder ces précieux éléments de connaissance et technique propres au monde rural. »

Le pape exprime dans son message plusieurs arguments en faveur du modèle coopératif : « Leur présence toujours plus consolidée peut ensuite mettre fin aux tendances spéculatives qui touchent désormais jusqu'aux produits de première nécessité. » Elle peut aussi « contenir l'accaparement des terres cultivables qui, dans diverses régions, contraignent les cultivateurs à quitter leurs terres, puisque individuellement ils n'ont aucune possibilité pour faire valoir leurs droits », ajoute-t-il.

« Il est indispensable que les pouvoirs publics opérant au niveau national et international préparent les instruments législatifs et de financement afin que, dans les zones rurales, les coopératives puissent être des instruments efficaces pour la production agricole, la sécurité alimentaire, la mutation sociale et pour une plus grande amélioration des conditions de vie », ajoute le pape.