« Les décideurs politiques doivent agir rapidement pour éviter une crise plus grave. » Le rapport de développement rural de 2019, établi par le Fida, montre qu’environ 500 millions de jeunes, soit presque la moitié de la population des jeunes des pays en développement vivent dans les zones rurales (780 millions en incluant les zones semi-rurales et périurbaines). Ces jeunes sont exposés à la pauvreté et à l’inégalité.

Potentiel agricole

Le rapport constate que 67 % des jeunes des zones rurales, semi-rurales et périurbaines vivent dans des zones à fort potentiel agricole, mais que beaucoup ont un accès limité aux marchés.

« Un meilleur accès à la formation professionnelle, aux marchés, aux services financiers et aux technologies, permettrait aux jeunes ruraux de devenir plus productifs, mieux connectés et plus responsables de leur propre avenir », selon l’étude.

+ 70 % de jeunes ruraux en Afrique d’ici à 2050

La situation est particulièrement préoccupante en Afrique subsaharienne, où la population des jeunes ruraux devrait passer de 105 millions en 2015 à 174 millions en 2050, soit une augmentation de 70 %. « Si l’on ne fait rien, on aura une génération perdue de jeunes sans espoir ni direction, ce qui contribue à un risque accru de migration économique forcée et de fragilité », a déclaré Gilbert F. Houngbo, président du Fida.

Stratégie de transformation rurale

Le rapport souligne qu’il est fondamental que les politiques en faveur de la jeunesse s’inscrivent dans une stratégie de transformation rurale plus large et ne soient pas déployées isolément.

« Une politique de développement rural ample et forte, conjuguée à une politique claire d’inclusion des jeunes, est le meilleur moyen d’aider des millions de jeunes dans le monde », estime Paul Winters, vice-président adjoint du Fida.