Le lundi 27 juin 2022, le G7 a appelé la Russie à permettre les exportations de céréales depuis l’Ukraine pour éviter d’exacerber la crise alimentaire mondiale, dans une déclaration publiée lors de leur sommet dans le sud de l’Allemagne.

« Nous appelons de toute urgence la Russie à cesser, sans condition, ses attaques contre les infrastructures agricoles et de transport et à permettre le libre passage des marchandises agricoles depuis les ports ukrainiens de la mer Noire », ont déclaré les dirigeants des sept pays les plus industrialisés.

> À lire aussi : Exporter les céréales d’Ukraine sans la mer Noire prendrait dix ans (27/06/2022)

Pas le moment de la négociation

Les dirigeants des sept grandes puissances (Allemagne, États-Unis, France, Canada, Italie, Japon, Royaume-Uni) se sont engagés, dans une déclaration commune, « à continuer à fournir aussi longtemps qu’il le faudra un soutien financier, humanitaire, militaire et diplomatique » à l’Ukraine, envahie le 24 février 2022 par la Russie.

L’un des grands enjeux du sommet du G7, qui se tient jusqu’à mardi, est de réaffirmer l’unité des Occidentaux et d’accentuer la pression sur la Russie, alors que la guerre en Ukraine s’installe dans la durée et fait grimper les prix de l’énergie comme de l’alimentation partout dans le monde.

> À lire aussi : Guerre en Ukraine, deux terminaux agricoles bombardés dans le port de Mykolaïv (23/06/2022)

Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, invité en visioconférence, a encouragé les dirigeants du G7 à la fermeté : « Le président Zelensky a fait à tous une réponse qui était très claire, c’est qu’aujourd’hui ce n’est pas le moment de la négociation, l’Ukraine négociera quand il sera en position de le faire, c’est-à-dire quand il aura rétabli une position de force », a déclaré l’Élysée.

Éric Young, avec l’AFP