Le Cese a publié un rapport le 30 octobre 2019 sur la réussite de l’Union européenne à répondre au défi du renouvellement des générations en agriculture. Le constat est sans appel : la politique européenne en matière de renouvellement des générations en agriculture est insuffisante.

En moins de 10 ans, le nombre de jeunes agriculteurs en Europe a chuté d’un tiers (3,3 millions en 2005 contre 2,3 millions en 2013, selon Eurostat) alors que parallèlement, un quart du nombre d’agriculteurs a disparu (14,5 millions en 2005 contre 10,7 millions en 2013). L’enjeu est donc double : limiter l’érosion de la population agricole et favoriser l’installation des jeunes en agriculture.

Voir aussi : Le nombre d’installations en agriculture recule à nouveau (12-11-2019)

Revenus et aides pour les jeunes

L’une des premières préoccupations, partagées par tous les États membres, est le manque de revenus agricoles. Le Cese propose que chaque État membre mette en place des mesures pour améliorer la répartition des bénéfices entre acteurs des filières et offre ainsi aux jeunes un revenu équivalent à deux fois le salaire minimum.

Les aides à l’installation sont aussi jugées insuffisantes. Le montant de base des aides doit être revalorisé pour les jeunes agriculteurs sans pour autant nier l’importance de construire un projet réaliste en amont, tout en étant accompagné et conseillé. L’accès aux aides au développement post-installation doit également être facilité pour le jeune qui démarre.

Transfert des connaissances

Le Cese propose d’amplifier les programmes de développement des stages, de l’apprentissage et de l’entreprenariat. La formation, les services de conseils et de partages d’expériences doivent permettre d’augmenter les connaissances pratiques, mais aussi limiter l’isolement social.

Fiscalité de la transmission

Installation et transmission sont étroitement liées. Pour chaque État membre, les coûts et la fiscalité liés au transfert d’une exploitation entre un cédant et son repreneur doivent être réduits au maximum. Le Cese recommande aussi la mise en place du régime de préretraite initialement prévu dans la Pac 2007-2013.

Pour déployer toutes ces propositions, le Cese réclame pour les jeunes agriculteurs un soutien exclusif à hauteur de 2 % du budget de la Pac (premier et deuxième piliers) sur la programmation de 2021 à 2027. La réussite du renouvellement des générations en agriculture constitue « l’un des plus importants défis économiques de notre époque », déclare le Cese dans un communiqué.

A. Gambarini